Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

Je préfère vous réécrire en cet article ce que j'ai ressenti ce matin en apprenant la mort, presque attendue depuis pas mal de temps du "Lider maximo", le grand, l'unique Fidel Castro qui comme HI HO CHIMIN et le vaillant peuple vietnamien a réussi à vaincre la vraie tyrannie, celle qui a assassiné des millions de justes révoltés en Asie et au Moyen Orient, celle qui voudrait transformer chaque travailleur en marchandise et trouver normal qu'un directeur d'usine qui souvent travaille dix fois moins que beaucoup de ses ouvriers soit payé cent fois ou plus qu'eux.

Ce matin, LCI, par la voix d'un journaliste-carpette a bien répété la voix de son maître en rapetissant au maximum celui qui fut parmi les plus grands adversaires de la marchandisation du monde un des plus grands.

Ce journaliste a osé présenté ignominieusement le compagnon de Fidel Castro CHE GUEVARA comme un être sadique, CHE GUEVA assassiné sur ordre de la dictature américaine a donné sa vie à la Cause juste à laquelle il croyait tandis que ce piète journaliste presqu'au garde-à-vous n' cessé de ahaner la vérité à dire, le mensonge de sa société  mensongère.

Quant aux traitres de Floride ainsi que Zoe Valdes, qui ont trahi et trahissent chaque jour le drapeau qu'ils brandissent, ils m'écœurent. Qu'ont-ils dit quand leur riche protecteur Bush, père et fils, a assassiné des millions de citoyens sur la base de mensonges bête à pleurer.

Je suis contre la peine de mort et je la déplore dans tous les pays où elle fut et est encore pratiquée, y compris la Chine et Cuba mais aussi les USA.

Mais depuis que Cuba n'est plus en guerre, le pourcentage de Cubains fusillés ou en prison pour opposition et trahison par rapport aux assassinats par les USA et parfois l'OTAN.

Fidel Castro n'était certes pas un saint ; d'ailleurs il n'en n'avait aucunement l'ambition mais grâce à son régime son pays, hier lupanar de l'Oncle Sam, ce qui ne dérangeait guère le capitalisme occidental a moins d'analphabètes que les USA si prétentieux et même mon pays. Sa médecin gratuite, malgré le boycott honteux des américains lui a permis un niveau de santé exceptionnel en Amérique latine et une longévité  de vie comparable aux meilleures sur la terre. Tout à l'heure une de ses opposantes a osé dire qu'il avait détruit la culture de son pays. Quelle imbécillité de la part d'une traitresse exilée aux USA !

Au revoir Fidel, tellement dictateur que tu ne t'es pas, comme le triste Caudillo, par exemple accroché à ton pouvoir quand la maladie a diminué tes forces.

Beaucoup veulent opposer Mandela à Fidel. Eux étaient de vrais amis et savaient que leur combat était synchronisé.

Vive Fidel, le premier d'Amérique latin pour l'honneur et la fierté de son combat contre l'ogre américain.

Contrairement à ce qu'un imbécile a dit ce matin, sur Europe 1 je croise, le dernier des communiste n'est pas mort avec lui. Le Communisme, cette idée généreuse est née avec l'humanité primitive, il fut pratiqué par les premier chrétiens et fit de la Russe moyenâgeuse de 1915  le premier état à envoyer un homme dans l'espace. J’espère que le capitalisme, sorte de déification de l'égoïsme le plus crado, qui aujourd’hui menace la France sous Fillion le fossile disparaîtra bientôt  tandis que j'attends avec impatience la réincarnation de ce communisme qui demain tendra à créer la société humaine la plus juste possible.

 

Yvan Balchoy

19-10-18-FIDEL CASTRO NOUS QUITTE. CEUX QUI VIVENT DE LA DICTATURE DE L'ARGENT APPLAUDISSENT, CEUX QUI VEULENT UN MONDE LIBERE DE LA TYRANNIE DU CAPITAL CEULENT CONTINUER SON COMBAT (REEDITION)

Cuba la fière

Joyau de la mer

vivante ode

à la Liberté

que rien ni personne n'inféode.

Des deux mains j'applaudis

l'esprit hardi

de ta révolution

sans compromission

Toi l'insoumise

Que martyrise

Ton voisin mastodonte

avec son désir immonde

de te réduire à sa merci

de te mettre au pilori

en te soumettant  à son dollar

et sa culture barbare.

Entre Che Gevara le héros

et la C.I.A. son bourreau

Entre Fidel Castro

le Guérillero

et Bush le sinistre falot

mon coeur t'a choisi.

Sans hésitation, il a pris parti

  Depuis des lustres
tu t'illustres
par ta soif de liberté
ta volonté d'équité
ta lutte pour la santé,

la fierté d'une culture

pour tous sans rupture
Hier encore triste lupanar
au mains de salopards
ton peuple humilié
un jour s'est levé
Derrière Fidel et ses barbus
il s'est battu
d'abord à un contre cent
un combat bouleversant
contre le tyran
de plus en plus vociférant
et ses hordes
en désordre.
L'étranger commandante
dans sa clandestinité
l'argentin Ché
s'étant arraché
aux facilités bourgeoises
s'est jeté dans la noise
pour rendre sa dignité
à son continent bafoué.
Aujourd'hui bien du temps a passé,
Ayant perdu ton grand allié,
l'U.R.S.S., aujourd'hui dépouillée
il t'a fallu batailler
plus que jamais
pour préserver tes acquis
sans sombrer dans l'oubli.
Ton peuple, affaibli,
souvent démuni,
perturbé par la propagande agressive
de son voisin ivre
confronté au spectacle d'un tourisme abêtissant
épuisé par un blocus permanent,
garde son cap politique
conscient que dans un monde devenu gringo
lui seul garde le flambeau
d'une humanité prophétique
dont il est semence
 et promesse combattante
Longue vie à Cuba,
à Fidel et à l'héroïque peuple cubain
Honte à l'ogre américain.

 

Yvan Balchoy

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article