Catégories

Publié par YVAN BALCHOY

AUTOMNE DE LUCHON  (PAUL ARRIGHI)

 

 

Phébus s'était lové sur le val de Luchon,

Les arbres rougeoyaient comme sous le pinceau,

D'un Van Gogh qui aurait amené la Provence,

Dans les vertes Montagnes des Pyrénées centrales,

Non loin de l'Aneto et très près du Vénasque.

Mais tout ce verdoiement laissait place à l'automne.

Avec ses rougeoiements, ses mauves et ses dorés.

Et les fins cheveux roux donnés par des buissons.

La nature semblait avoir changé d'atours.

Pour nous faire oublier l'été et ses douces torpeurs.

Les Erables, les Tulipiers et les Cerisier sauvages se parent,

D'atours d'or ou de rouge sang,

Comme pour les noces des feuilles et de la lune.

Oui, les derniers rayons sont toujours les plus beaux !

Dans les futaies et les clairières pourpres.

Et l’automne tendre a  ce goût de châtaignes,

Grillées dans les jardins ou embaumaient  les roses.

Et de flambées heureuses et de baisers brûlants.

La montagne est si belle que l'on voudrait figer.

Ces splendeurs éphémères et suspendre le temps.

Afin de contempler toujours ces beautés vives

De la ville Coquette et du val arboré.

Les jardins de «la Pique» faisaient belle figure,

Si près de la rivière aux eaux vivifiantes.

Et l'ancien Casino nous donnait à songer,

Aux beautés d'autrefois alanguies, sous la soie,

Dans les bals bien réglés parés d'un luxe doux

Ou il faisait parfois bon savoir jeter bas,

Les fausses les convenances pour le beau Cupidon.

Aujourd'hui; riantes et bronzées, les belles

Sont sportives, parcourent la Montagne.

Et viennent au «vapo» pour bien se délasser.

Oh; Reine d'autrefois, toujours ville de charmes.

Tes automnes suggèrent des rêves de bonheur,

De vies épanouies et de soins pour les êtres.

Ou il est reposant de venir t'admirer.

Parmi tes fleurs, les arbres et ton air vivifiant.

 

Paul Arrighi

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article