Partons, poème de Che Guevara (Canto a Fidel)

Publié le 7 Mars 2012

 

Au coeur du Che.......

 

 

On peut être révolutionnaire, marxiste et poète....la preuve en Che.

 

Aux guevaristes de tout poil qui viennent se perdre sur ce blog, avec un grande poussée d'optimisme et le courage renouvelé de continuer la lutte.

Che ne baissait jamais les bras, il est notre guide, notre lueur, son sacrifice ne doit jamais cesser de vivre en nous camarades .

 

 

Bien amicalement

 

caroleone

 

 

64443814.jpg

 

 

Partons

 

Partons,

Ardent prophète de l’aurore,

par les sentiers cachés et abandonnés,

libérer le vert crocodile que tu aimes tant.

 

 

 

actu7_682810_465x348.jpg

 

 

 

Partons

Vainqueurs de ceux qui nous humilient, l’esprit

rempli des étoiles insurgées de Marti,

jurons de triompher ou de mourir.

 

 

 

che3.jpg

 

 

 

 

Quand retentira le premier coup de feu et s’éveillera

dans un virginal étonnement tout le maquis,

à tes côtés nous combattrons,

nous serons là.

 

 

9782213613420.jpg

 

 

Quand ta voix répandra aux quatre vents

réforme agraire, justice, pain, liberté,

à tes côtés, avec les mêmes mots,

nous serons là.

 

 

 

ernesto-che-guevara-39.jpg

 

 

 

 

 

Et quand viendra à la fin du voyage

la salutaire opération contre le tyran,

à tes côtés, espérant la dernière bataille,

nous serons là.

 

 

 

ernesto-che-guevara-52.jpg

 

 

Le jour où le fauve se léchera le flanc meurtri

par la flèche de la nationalisation,

à tes côtés, le cœur fier,

nous serons là.

 

 

 

ernesto-che-guevara-l25-ajedrez.jpg

 

 

 

Ne pense pas que ces insectes décorés armés de cadeaux

puissent affaiblir notre fermeté ;

nous leur demandons fusil, balles et une montagne.

rien de plus.

 

 

ernesto-che-guevara-83.jpg

 

 

 

 

 

 

Et si le fer vient interrompre notre voyage,

nous demandons un suaire de larmes cubaines

pour couvrir les os des guérilleros

entraînés par le courant de l’histoire américaine.

 

 

 

 

ernesto-che-guevara-l50.jpg

 

 

 

Ernesto CHE Guevara, 1956