Catégories

Publié par YVAN BALCHOY

Photo han Soete : Solidaire

Photo han Soete : Solidaire

 

Qu'est-ce que le CETA ?

 

Avec le TTIP, le CETA est un des accords de libre-échange dit « de nouvelle génération » sur lequel planche l'Union Européenne. Les négociations du CETA ont commencé en 2009, et donc, contrairement au TTIP, elles sont aujourd'hui finalisées. Le texte issu des négociations, qui doit encore être signé, comporte 1 600 pages. On sait donc exactement ce qu'il contient.

Tout comme le TTIP, le CETA prévoit non seulement de supprimer les tarifs douaniers entre l'UE et le Canada, mais également et surtout – c'est ce qui est nouveau – une série de mécanismes pour supprimer « les barrières non-tarifaires au commerce ». C’est ainsi que les négociateurs et les représentants des multinationales qui les entourent appellent en fait les toutes réglementations sociales, environnementales et sanitaires qui constituent des obstacles dans la course au profit des multinationales. Il s'agit d'ouvrir à la concurrence les secteurs et les marchés publics comme l'éducation ou la santé, de diminuer des réglementations sanitaires comme celles qui empêchent la commercialisation de certains produits cosmétiques ou de bœufs aux hormones, ou encore de permettre largement l'importation d'énergie fossile ultra-polluante issue des sables bitumineux, fortement exploités au Canada.

Les faits ont montré que parfois de simples menaces de poursuites permettent aux multinationales de faire changer leurs projets de réglementation aux Etats

 

 

 

Cheval de Troie du TTIP

81 % des sociétés américaines actives en Europe ont des filiales au Canada et pourront utiliser les tribunaux privés pour s'en prendre aux États européens

L'adoption du CETA est importante pour l'establishment européen pour plusieurs raisons : d'abord parce qu'il s'agit du premier traité de nouvelle génération signé par l'UE avec une autre grande puissance du G7. Or avec la crise économique actuelle et la concurrence grandissante des pays des BRICS (les économies émergentes, soit le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud), les multinationales européennes ont besoin de ces accords pour maintenir leur puissance. Le CETA vise donc, avec le TTIP, à créer un grand marché transatlantique au profit des multinationales. Et, pour cela, il organiserait la concurrence et une spirale vers le bas des salaires et des systèmes de protection des consommateurs et de l'environnement, ainsi qu’une diminution de la capacité des populations à peser sur les décisions démocratiques.

Pour lire intégralement l'article de Charlie le Paige : CF l'adresse suivante : :

http://solidaire.org/articles/ceta-un-cheval-en-bois-geant-est-nos-portes


En refusant le CETA la Communauté Wallonie Bruxelles, la Wallonie et la communauté germanique vont empêcher l'Union Européenne d'y adhérer.

Bien entendu les nombreux lobbies qui escomptent de gros avantages à cette adhésion vont faire une grosse pression et intimidation pour dissuader ces communautés de se rallier au fédéral et à la communauté flamande aux ordres d ela N.VA. Nous verrons bien si le petit David francophone va réussir à faire plier le mastodonte Goliath, L'Union Européenne. Ce serait formidable !


Yvan Balchoy
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article