Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

Souvenirs de guerre

1940 : L’exode de la famille Legrand

Par : Léon LEGRAND

Notes et commentaires : Jean-Pierre LEGRAND – Jean-Michel CLAEYS

SOUVENIRS DE GUERRE: L’exode de 1940 raconté par Léon Legrand

Le premier avril 1941, Léon Legrand terminait la rédaction du récit de son exode de 1940. Après la guerre il en a donné une copie à chacun de ses enfants et petits-enfants. Une copie de ce récit a été mise sur le blog de Jean-Pierre Legrand, petit-fils de Léon Legrand, en 2009 pendant que, par coïncidence, de mon côté je faisais des recherches sur ce même récit. Je venais de le lire sur la copie que mon papa (cousin de Jean-Pierre et donc aussi petit fils de Leon Legrand) possédait. Mon but était de situer pour mes enfants un épisode de l’histoire familiale dont ils n’auront pas connu les protagonistes ni entendu de leur bouche leurs souvenirs.

C’est le résultat de ces travaux que vous trouverez dans ce qui suit.

I – notes sur le récit :

J’ai repris le texte de Léon Legrand presque tel qu’il a été écrit et publié sur le blog de Jean-Pierre Legrand, petit- fils du narrateur.

Pour une facilité de lecture j’ai chapitré ce récit. Le chapitrage a été fait par jour de voyage sauf pour les endroits où le séjour a duré plus longtemps qu’une nuit,

Je n’ai pas corrigé dans le texte le nom de lieu, je les ai laissés tels qu’écrit par le narrateur. Néanmoins en voulant reconstituer l’itinéraire sur une carte j’ai découvert plusieurs noms orthographiés différemment, incomplets ou même ayant une ressemblance plus ou moins phonétique avec les noms réels (ou actuels). Des notes à ce sujet sont reprises en bas de chaque chapitre. Ces notes reprennent le nom tel que je l’ai trouvé sur les cartes actuelles.

Ces notes reprennent aussi les événements historiques en relation avec la seconde guerre mondiale et une description des personnages publiques rencontrés (prises sur Wikipédia ou d’autres sources). Cela permet au lecteur de raccrocher ce récit à l’Histoire, aux événements de mai et juin 1940 lorsque l’Allemagne envahi la Belgique, le Luxembourg, la Hollande et la France. On y trouve une concordance entre ce récit et les événements du moment. Mais pour bien comprendre le contexte il est préférable de se référer aux livres d’histoire.

Léon Legrand, en guise de conclusion, a rajouté plusieurs pages avec son impression sur l’exode familiale. J’ai trouvé cette conclusion très longue et j’y trouve toute une information qui fait plutôt partie, à mon avis, du récit lui-même. J’ai séparé sa conclusion en plusieurs parties que j’ai insérées dans le texte aux endroits que j’ai trouvés opportun. Ces parties de texte sont en italique. Néanmoins j’ai remis à la fin le texte original tel qu’écrit par Léon Legrand.

Le cousin de mon papa et petit-fils du narrateur, Jean-Pierre Legrand, qui a publié ce récit dans son blog sur internet, a rajouté des notes que j’ai reprises en bas de chapitre et qui sont marquées d’un numéro entre parenthèses. Il a aussi rajouté sa réflexion par rapport au récit, une vision des événements et de son grand père avec le recul des années. Cette réflexion se trouve en fin de récit.

Concernant les illustrations ; les photos de familles sont issues de divers albums de famille : ceux de Jean-Pierre et Brigitte Legrand ainsi que ceux de Henri et Jean-Marie Claeys qui ont fait partie de l'exode. Les autres photos sont issues de différents livres ou d'internet. Le document que vous lisez actuellement, tel que présenté, est destiné à servir uniquement dans un cadre privé, aussi je n'ai pas demandé d'autorisations pour l'utilisation de ces dernières photos.

Le texte, tel qu’il est présenté est une collaboration de Jean-Pierre Legrand et de Jean-Michel Claeys, petit-fils et arrière-petit-fils de Léon Legrand.

II – contexte de l’époque :

Lorsque l’Allemagne de Hitler envahis la Pologne le 1er septembre 1939, la France et l’Angleterre, qui avaient signés un accord d’assistance avec la Pologne, réagissent enfin et déclarent la guerre à l’Allemagne les 3 et 4 septembre 1939. L’Angleterre envoie des troupes sur le territoire français afin d'épauler l’armée française en vue de la guerre contre l’Allemagne mais la Pologne est rapidement battue et aucune véritable guerre n’est engagées du côté ouest de l’Allemagne. La Belgique, neutre, mobilise ses troupes par précaution, l’Allemagne ayant déjà violé sa neutralité en 1914 afin d’envahir la France.

Le 10 mai 1940 l’Allemagne envahit la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg et la France. La Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg étaient neutres et non directement concernés par cette guerre mais les plans allemands prévoyaient de passer à travers ces pays afin d’envahir la France. Cela pour deux raisons : Contourner la ligne Maginot, une ligne puissante de forteresses à la frontière franco-allemande et attirer les armées franco-anglaises en Belgique, sur un champ de bataille non préparé afin de les combattre alors que ces armées étaient en plein mouvement. L’armée allemande pousse dans deux directions : A travers le canal Albert et la Hollande elle simule l’invasion principale de manière à attirer les armées françaises et anglaises loin de leurs bases de départ alors que le plus fort de ses troupes traversent les Ardennes belges puis la Meuse à Dinant en Belgique et à Sedan en France et, en se dirigeant vers la mer à Abbeville, enferment une partie importante des armées alliées en Belgique.

C’est à ce moment que se situe le récit de Léon Legrand, notre aïeul. Les Belges se souviennent que la Belgique a servi de champs de bataille lors de la guerre 14-18 terminée il y a à peine 22 ans. C’est de ces champs de batailles que les gens cherchent à s’éloigner, c’est pour ne pas se trouver au milieu des bombes et des coups de fusils qu’une partie des Belges, des Alsaciens et des Français du nord partent en exode. Mais pour les Dinantais il y a une raison de plus : c’est le souvenir des massacres de la population de Dinant et le sac de la ville par les armées allemande du 15 au 27 août 1914.

La Belgique allait être occupée jusqu’en septembre 1944 et même fin janvier 1945 pour certaines régions des Ardennes autour de Bastogne, Malmédy, Houffalise et Celles.

III – Les personnages :

Léon Legrand (71 ans) était sénateur au sein du parti catholique belge et habitait Dinant.

Il eu plusieurs enfants dont certains sont partis en exode avec lui dont :

- Léon Legrand (son fils – 33 ans), son épouse Anne De Cocq et leur fille Brigitte (environs 4 ans)

- Paul Legrand (son fils – 36 ans), son épouse Loulou (Marie Louise Beekman de Crayloo - 26 ans) et ses enfants : Jean-Pierre (4ans et demi), Jacqueline (3 ans) et Beaudoin (1 an et demi)

- Marcelle Legrand (sa fille – 45ans) épouse d'Emile Claeys (56 ans) Ingénieur des ponts et chaussées, fonctionnaire de l’état et ses enfants : Henri (19 ans), Alberte (17 ans), Micheline (14 ans), George (13 ans) et Jean-Marie (4 ans et demi) qui viennent les rejoindre plus tard

Et aussi :

- George Legrand (son fils – 39 ans). Magistrat. Mobilisé au 63 régiment d’infanterie(?).

- Camille Legrand (sa fille – 43 ans) épouse de Jacques Bribosia (36 ans)

- Jeanne Legrand (sa fille – 42 ans)

Vous pourrez lire les nombreux épisodes de "Mon exode avec mon Grand Père en 1940" 

(Voir "recherche" sur le première page de poesie-action)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article