Catégories

Publié par YVAN BALCHOY

coco Magnanville

Cocomagnanville a été créé en hommage à Pierre Kerhervé, mon grand-père coco qui m'a permis de devenir l'adulte que je suis.Communisme,internationalisme , humanisme, luttes pour les droits indigènes, zapatisme, syndicalisme de classe, libre pensée sont mes leitmotivs.

Vous trouverez le poème complet illustré à l'adresse suivante :

http://cocomagnanville.over-blog.com/2016/04/le-petit-ferrat-illustre-bicentenaire.html

LE PETIT FERRAT ILLUSTRE

Le petit Ferrat illustré : Bicentenaire

Publié le 30 Avril 2016

.

.

.

J'ai vu des ducs j'ai vu des princes

Des barons des comtes des rois

Des marquises à la taille mince

Qui dansaient au son des hautbois

Dans des châteaux pleins de lumière

Où les fêtes resplendissoient

Où l'on chantait "il pleut bergère"

Dans le velours et dans la soie

Mais dans sa chaumière

Mais dans sa chaumière

Je n'ai pas vu pauvre Martin

Pauvre Martin pauvre misère

Avec sa femme et ses gamins

J'ai tremblé devant la colère

Des va-nu-pieds des paysans

Renversant l'ordre millénaire

Dans la fureur et dans le sang

J'ai vu la terreur apparaître

Les châteaux partir en fumée

Les délateurs régner en maîtres

Dans une France sans pitié

LE PETIT FERRAT ILLUSTRE
LE PETIT FERRAT ILLUSTRE

Mais dans sa chaumière

Mais dans sa chaumière

Je n'ai pas vu pauvre Martin

Pauvre Martin pauvre misère

Avec sa femme et ses gamins

J'ai frémi pour ces grandes dames

Ces beaux seigneurs si émouvants

Qui montraient tant de grandeur d'âme

De noblesse de sentiments

Avant que leurs têtes grimacent

Au bout des piques acérées

Agitées par la populace

Des sans-culottes avinés

Mais dans sa chaumière

Mais dans sa chaumière

Je n'ai pas vu pauvre Martin

Pauvre Martin pauvre misère

Avec sa femme et ses gamins

Deux siècles après quatre-vingt-neuf

Il fallait oser l'inventer

À la télé on fait du neuf

En acquittant la royauté

Deux siècles après quatre-vingt-neuf

D'autres seigneurs veillent au grain

Et toi qui vivais comme un bœuf

Ce sont tes maîtres que l'on plaint

À six pieds sous terre

Ton bicentenaire

Ils l'ont enterré bel et bien

Pauvre Martin pauvre misère

C'est toujours le peuple qu'on craint

Pauvre Martin pauvre misère

C'est toujours le peuple qu'on craint

.

.

.

Jean Ferrat (1991 - Temey Sony)

Commenter cet article