Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

LA LIBERTE DANS L'OEUVRE DE DOSTOÏEVSKI : ÊTRE LIBRE, CE N'EST PAS CHOISIR A TOUT VENT, C'EST ÊTRE SOI-MÊME. (382)

STEPHANE ZWEIG place très haut Dostoïevski dans son estime puisqu’il voit en lui « le plus grand renverseur de valeurs depuis l’Ancien Testament. »

Il semble avoir été particulièrement sensible au « dualisme invétéré » du romancier russe.

A « son grand regret » et, contrairement à Gide, il ne croit pas au panthéisme dostoïevskien : « Son Dieu n’est que dans l’âme, jamais dans les choses , il lui manque ce grain précieux de panthéisme qui donne aux œuvres grecques ou allemandes leur atmosphère bienfaisante et libératrice. » (1)

----------------------------------------

(1) « Dostoïevski », page 112

----------------------------

Mais Stéphan Zweig a su rendre très justement le sens profondément fraternel du romancier : « Les romans ne s’occupent que de cet homme ultime ; l’état social, les stades intermédiaires de la société avec leur orgueil médiocre et leurs haines mesquines sont dépassés ; l’homme au moi individuel arrive à l’universalité.

Son isolement qui n’était que de l’orgueil a cessé ; avec une humilité infinie, avec un amour ardent, son cœur se penche vers l’homme pur, le frère qui est en tout homme. » (2)

------------------------------------

(2) Idem, page 91-93

----------------------------------------

Stéphan Zweig suivi partiellement en cela par Henri TROYAT (3) et NINA GOURFINKEL(4) soulignent l’aspect tourmenté empreint d’une certaine méfiance de la Foi dostoïevskienne

--------------------------------------------------

(3) « Dostoïevski

(4) « Dostoïevski, notre contemporain »

--------------------------------------------------------

Venons-en à l’œuvre d’Albert CAMUS qui a vraiment été hanté par les écrits de Fédor Mikhaïlovitch. Il a, on le sait, adopté à la scène le roman « Les Démons ».

L’homme révolté et le mythe de Sysiphe consacrent plusieurs chapitres à des personnages dostoïevskiens.

Dans un chapitre de l’homme révolté, intitulé « le refus du salut », Albert Camus analyse avec lucidité et sympathie les propos d’Yvan Karamazov.

« Yvan prend le parti des hommes et met l’accent sur leur innocence. Il affirme que la condamnation à mort qui pèse sur eux est injuste.(5)

--------------------------------------------------

(5) « L’homme révolté », page 75

-------------------------------------------------------

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article