Catégories

Publié par YVAN BALCHOY

Photo SELIM HALLOULET (SOLIDAIRE)

Photo SELIM HALLOULET (SOLIDAIRE)

Gagner 1 743 euros brut en fin de carrière est « très correct ».

C'est ce qu'a déclaré le ministre Alexander De Croo (Open VLD), qui gagne 19 000 euros par mois, à propos du salaire des postiers auxiliaires.

Par contre, ce même De Croo trouve insuffisant le salaire du CEO de bpost (39 000 euros par mois en 2014). Il vient en effet de modifier la loi de sorte que ce salaire puisse de nouveau atteindre un million d'euros par an.

Marco Van Hees, député PTB, a questionné le ministre Alexander De Croo au sujet des salaires à bpost.

Le député de gauche s'inquiétait des conditions de travail des postiers auxiliaires et de leur faible rémunération. « Le travail est tellement pénible et mal payé que la rotation du personnel est très élevée », a dénoncé l'élu de gauche. En fin de carrière, un facteur auxiliaire gagne seulement 1 743,47 euros brut.

Depuis 2011, 3 774 facteurs auxiliaires sur 6 490 ont quitté l’entreprise. Mais, pour le ministre De Croo, les postiers auxiliaires n'ont pas à se plaindre. Il a déclaré que gagner 1 743 euros bruts en fin de carrière était « très correct »

. De Croo est déconnecté de la réalité De Croo gagne 18 916,66 euros par mois, selon le chiffre officiel du budget 2016, soit 10 fois plus qu'un postier. Un montant qui le déconnecte complètement de la réalité des travailleurs.

« Je suis sûr que si on le payait 1 743,47 euros par mois, au lieu de ses 18 916,66 euros, De Croo trouverait ça... “pas très correct” », a ironisé Marco Van Hees sur sa page Facebook.

Mais il y a pire. Alors qu'il affirme que les postiers auxiliaires sont bien payés, De Croo trouve que le salaire du CEO de bpost est insuffisant. En 2014, Koen Van Gerven a pourtant touché un salaire mensuel de presque 39 000 euros, soit plus de 20 fois le salaire d'un postier. Il a également bénéficié, pour cette année, d'une rémunération variable de 150 000 euros, d'une contribution de pension de 32 480 euros et de plusieurs autres avantages (indemnités, voiture de société, etc.). Insuffisant, estime De Croo, qui a fait modifier la loi permettant au CA de fixer librement la rémunération du CEO de bpost.

Désormais, il pourra toucher un salaire allant jusqu'à un million d'euros par an.

Les postiers font tourner bpost, mais ce sont les actionnaires qui empochent Bpost est une entreprise très rentable. En 2014, elle a réalisé un bénéfice de 480 millions d'euros avant impôt. Une somme

directement liée à l'augmentation de la productivité des travailleurs.

En effet, entre 2003 et 2015, la productivité annuelle du personnel a presque doublé, passant de 53 000 euros à 100 000 euros par équivalent temps-plein. Mais les postiers, y compris les statutaires et les contractuels, n'ont presque pas bénéficié de toute cette richesse qu'ils ont produite.

Au contraire, leurs conditions de travail n'ont cessé de se dégrader.

Pour les actionnaires, en revanche, c'est tout bénéfice : en 2014, ils ont encore reçu 208 millions d'euros sous forme de dividendes. L’EBIT normalisé, c'est-à-dire le bénéfice avant le paiement des intérêts et taxes, permet aux actionnaires de se faire une idée des dividendes qu'ils pourront obtenir en investissant dans cette entreprise.

Avec un EBIT normalisé de 480 millions d'euros en 2014, bpost est devenu l'un des opérateurs postaux les plus rentables d'Europe. En moins de dix ans, la rentabilité de l'entreprise a été multipliée près de six fois

. Pour le PTB, affirmer que 1743 euros brut en fin de carrière est « très correct » est totalement indécent. Surtout pour un métier aussi lourd que celui de postier. bpost génère des millions de bénéfices

. Plutôt que de partir dans la poche des actionnaires, cet argent devrait servir à revaloriser le salaire des postiers et améliorer leurs conditions de travail ainsi que le service aux usagers. Et, si De Croo n'est pas d'accord, qu'il aille suivre les facteurs sur leur tournée le matin par -5°C. C'est sûr, ça le changera des fauteuils feutrés à 19 000 euros par mois

P.S.

Je n'ai pas oublié le rôle négatif joué par ce "fils à papa" lors de la dernière crise gouvernementale. De Croo, aussi capitaliste enragé que De Wever nationaliste est un des plus sinistres personnages de la politique en Belgique.

Comme le dit justement Solidaire, le scandaleux c'est son salaire plus de dix fois plus élevé que celui d'un postier, bien plus utile que lui au pays.

J'espère qu'un jour le PTB accèdera au gouvernement de ce pays en y introduisant ses régles justes de vie et que des "profiteurs" comme De Croo seront évincés dela vie publique. Je ne vois pas d'ailleurs ce politicien accepter de limiter son salaire comme l'acceptent les élus du parti des travailleurs qui, eux, sont au service du peujple, alors que De Cro met le peuple et les travailleurs à son service.

 

Yvan Balchoy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article