Catégories

Publié par YVAN BALCHOY

Depuis cette nuit glaciale (moins de 10° alors les acteurs étaient habillés, censés se trouver en plein mois d'août en Andalousie !) vécue en partie à ses côtés lors du tournage du " Mariage de Figaro", un heure joyeuse vécue avec ce grand acteur en vis à vis, une heure aussi truculente que la plupart de ses œuvres, une heure aussi où ce grand monsieur s'intéressa à moi, petit gérant de rayon à la Redoute, en m'écoutant avec cette bienveillance respectueuse. que tant d'auditeurs lui ont reconnu ce matin auprès de Jean Jacques Bourdin.

De cette soirée de tournage auprès de célébrités nombreuses, avec qui nous avons pu vivre des instants précieux, je retiens la simplicité et l'humanité de cette grande actrice que j'avais vu, dans la caravane du Tour de France, à ses vingt ans ,moi, par contre, encore en ma tendre enfance - elle m'en a rappelé l'année - qui m'a parlé, avec grand cœur surtout, de la santé de son mari dont on sentait bien qu'il était son chéri, tandis qu'un autre grand comique de l'écran, gêné c'est vrai par le glacial de cette nuit-là, n'a cessé de grogner de façon peu humoristique, m'apparaissant ainsi tout autre dans la vie de tous les jours que couvert du masque hilarant qu'il revêtait en ses films.

Michel Galabru, s'il avait tant de succès, tant auprès du public qu'il faisait rire de bon cœur qu'auprès de Madame ou Monsieur tout-le monde dans la vie de tous les jours, c'est parce qu'il était profondément sincère, humble ,conscient pourtant de son vrai talent, et surtout parce qu'il aimait vraiment les gens, pas seulement les connus ou ceux qui lui rapportaient des sous..

Voilà pourquoi, je pleure aujourd'hui un grand homme qui a transformé en grand art, la faculté de divertir ses semblables.

MERCI MICHOU

Y.B.

Commenter cet article