Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

LA LIBERTE DANS L'OEUVRE DE DOSTOÏEVSKI : ÊTRE LIBRE, CE N'EST PAS CHOISIR A TOUT VENT, C'EST ÊTRE SOI-MÊME. (378)

4) NICOLAS BERDIAËV

Nicolas Berdiaëv est sans nul doute l’écrivain qui mérite le plus d’être appelé le disciple de Dostoïevski.

Il en est le premier convaincu et n’en retire que de la fierté. « Dostoïevski a joué dans ma vie spirituelle un rôle décisif. Il a traité, transporté mon âme plus qu’aucun autre écrivain ou philosophe

Et si, de très bonne heure, les problèmes philosophiques se sont joués devant ma conscience, la raison en est sûrement dans ces mauvaises questions de Dostoïevski » (1)

-----------------------------------------------

(1) N. Berdiaëv : « L’esprit de F. Dostoïevski », page 7

----------------------------------------------------------------------------------------------

Jean Luis Segundo dans ses études sur Berdiaëv fait allusion aux fragments de l’œuvre de Fédor Mikhaïlovitch qui ont plus particulièrement influencé Berdiaëv : le problème de l’Homme souterrain et sa conception de la vérité.

Citant un extrait du Sous-Sol, Segundo y voit un résumé de l’œuvre de Berdiaëv :

« Si vous dites que tout est réductible à des calculs, le chaos, les ténèbres et l’anathème, que la possibilité d’un calcul préliminaire peut tout prévenir et que la raison demeure maitresse, l’homme alors se fera fou volontairement, afin de ne pas avoir de jugement et d’agir à sa guise. Je suis persuadé de ceci, j’en réponds parce que toute l’affaire de l’homme, semble-t-il, consiste à se prouver à soi-même qu’il est un homme et non un rouage… Que deviendra la libre volonté quand tout se réduira à des tableaux d’arithmétique, quand rien n’existera que la question que deux et deux font quatre, ce n’est déjà plus la vie, mais le commencement de la mort. » (2)

------------------------------------------------

(2) Jean-Luis Segundo : Berdiaëv, une réflexion chrétienne sur la personne, col. THEOLOGIE, Aubier n° 53, Paris 1965, page 15

--------------------------------------------------

Berdiaëv a particulièrement saisi combien sont proches la révolte de l’homme souterrain et celle d’Yvan Karamazov.

Parlant du texte que nous venons de citer, il voit en ces réflexions géniales, l’origine de toutes les découvertes sur l’homme que Dostoïevski a faites au cours de sa carrière de créateur ; ces idées représentent en réalité la révolte de la personnalité, la révolte de la liberté qui n’admet ni le joug de la raison, ni son bien-être obligatoire. (3)

----------------------------------------------------

(3) J.L. Segundo, ouvrage cité, page 15

-----------------------------------------------------

La Légende du Grand Inquisiteur, dans cette perspective, est essentielle dans son œuvre. Berdiaëv va jusqu’à s’identifier au Christ de la Légende.

Je puis dire que, devenu chrétien, je me suis identifié avec le Christ de la Légende et que je me suis dressé, au nom du Christianisme lui-même, contre tout ce qui faisait partie de l’esprit du Grand Inquisiteur.

Cet Esprit, je le voyais partout, aussi bien dans l’autoritarisme de la Religion que dans celui du Socialisme révolutionnaire. Le problème de la liberté, celui de l’homme, celui de l’activité créatrice, sont devenus les problèmes fondamentaux de ma philosophie. » (4)

----------------------------------------------------------

(4) J.L. Segundo, ouvrage cité, page 16

---------------------------------------------------------

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article