Catégories

Publié par YVAN BALCHOY

Hier soir jusque bien tard j’ai regardé sur Antenne 2 avec intérêt le film « L’ordre et la morale » de Mathieu Kasssovitz qui rappelle avec juste ton, à mon avis, les évènements survenus en 1988 en Nouvelle Calédonie.

Je me rappelle fort bien ces évènement que j’avais vécus avec tristesse et révolte en 1988.

Suite au kidnapping de gendarmes français par des indépendantistes kanaks révoltés par le colonialisme français, par la remise en question par la loi dite » Pons » de leur manière ancestrale de vivre et enfin par la mainmise de colons sur leurs richesses naturelles, la France empêtrée dans l’élection présidentielle entre Mitterrand et Chirac a choisi d’en finir par un assaut meurtrier pour la majorité des preneurs d’otages qui eux sortirent indemnes de ce vrai massacre.

Chirac qui tentait à ce moment-là d'obtenir l’adhésion du peuple français n’a pas lésiné sur les moyens, libération programmées et sans doute payées d’otages au Liban, fin à tout prix, y compris le sacrifice possible de nombreux gendarmes et bien entendu de ces indigènes, à peine des hommes pour le chef du RPR. (CF. l’article cité plus bas)

Pourtant, comme le film le montre fort bien, par le dialogue une solution pacifique était possible, à condition que de part et d’autre quelques concession soient faites entre les principes plutôt colonialistes que vraiment républicains des dirigeants français et le désir d’indépendance immédiate réclamé par les leaders du FLNKS.

Chirac, assisté entre autres par Pons et Pasqua qui n’en n’étaient pas à leur première saleté, partisans du colonialisme le plus éculé, voulaient une sorte de capitulation sans condition, sinon un assaut décisif quel qu’en soit le prix.

Mitterrand, enclin naturellement à plus de compromis, par peur, sans doute, de paraître plus faible que son concurrent signa donc, peut-être à contre cœur, cet ordre d’assaut qui restera une tache indélébile dans son héritage politique.

Finalement le complot Chiraquien qui pensait gagner ainsi la présidentielle ne marcha pas et Mitterrand fut réélu. Plus tard, le nouveau premier Ministre, Michel Rocard, proposa un référendum, autrement plus honnête que la caricature de celui proposé par Pons gagné à 59 % par les partisans de l’indépendance sans la participation de la grande majorité des autochtones qui n’y participèrent pas

La nouvelle Calédonie l’attend encore et je crains que le nickel si précieux pour la France ne pousse le gouvernement actuel et son successeur à prolonger artificiellement le néocolonialisme qui fait encore des Kanaks, les habitants les plus légitimes de ce territoire, des citoyens de deuxième zone.

Ce que j’ai aimé le plus en ce film et ce qui a sans doute déplu le plus au Figaro, journal des bien-pensants et mal agissants, c’est le courage de ces deux français Légorius et Picon tentant d’éviter le pire et de sauver des vies humaines, quelle que soit la couleur de leur peau face à la stupidité rigide de certains militaires pour qui tuer rime trop souvent avec honneur.

Je vous conseille de lire l’article suivant trouvé sur Internet qui me semble rendre justice à ce film rappelant les horreurs de ce colonialisme qui fut si souvent déshonneur de notre prétendue civilisation occidentale.

Bien entendu, je suis convaincu qu’en Nouvelle Calédonie tout comme en Terre Sainte une solution pacifique respectant tout à la fois les habitants originels du territoire et ceux qui acceptent d’en partager justement avec eux les richesses est possible.

Pour y arriver à l’ordre brutal et meurtrier des colonialistes d’aujourd’hui et d’hier devrait se substituer une morale qui devrait être la même pour les riches et puissants et les plus humbles citoyens ce qui est beaucoup plus rare hélas.

Yvan Balchoy

A lire à ce sujet : « Grotte d'Ouvéa : "La République a été dévoyée pour des raisons de basse politique"

http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/11/02/grotte-d-ouvea-la-republique-a-ete-devoyee-pour-des-raisons-de-basse-politique_1597407_3232.html

Commenter cet article

nour 10/01/2017 22:28

C'est la raison qui s'exprime.En 2017, la France, pays dont la devise " liberté, égalité ,fraternité" continue à coloniser des peuples qui n'aspirent qu' à vivre libre... . Les richesses dont disposent ces peuples prorogeront fort longtemps la colonisation Française.