Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

Agnès Verdier Molinié

Agnès Verdier Molinié

CE MATIN SUR EUROPE 1 UNE BOURDE DE PLUS DE AGNES VERDIER-MOLINIE - REEDITION

Elle est sans conteste l’illustration, la personnification de l’injustice sociale de beaucoup d’économistes qui vivent dans un monde privilégié et qui qui luttent surtout pour garder leur nombreux privilèges basés sur les dogmes sociaux qui consolident les injustices du Capitalisme.

Ce matin face à son collègue d’émission plus nuancé que son prédécesseur, elle a osé presque justifier les 53 % d’acceptation bien tiède de certaines assemblées générales d’actionnaires d’entreprises à des salaires pharaoniques et totalement injustifiés réclamés par des patrons parfois sans foi ni loi comme celui qui vient de reprendre d’une main cette retraite chapeau à laquelle il avait renoncé sous la pression publique, il y a quelques années.

En vraie « bécasse, je pense à un autre prénom...de l’économie, notre chère Agnès compare les 51 % de la victoire de du Président Hollande au 53 ¨% d’un conseil d’Administration.

Mais, Madame les 51 % de M. Hollande concernent la totalité de la population française, des dizaines de millions de français, tandis que dans certaines grandes entreprises capitalistes, c’est parfois quelques dizaines de personnes super-privilégiées et complice du vol de la valeur ajoutée du travail des ouvriers et autres travailleurs soit souvent moins d’un centième du personnel sans lequel ces dirigeants ne pourraient rien faire de leur argent ,qui décident ici assez mollement de donner des rétributions parfois supérieurs de cent fois à ceux de leur subordonnés.

Ces chefs d’entreprises si grassement payés, quoi qu’ils disent risquent beaucoup moins qu'ils ne l'affirment..

Si la bourse augmente, sans lien souvent avec l’activité de leur entreprise, ils peuvent voir s’envoler leur rétributions, tandis qu’ils refissent au même moment d’accorder quelques euros à leurs smicards.

En revanche, si tout va mal, les salariés seront souvent liquidés au moindre coût, tandis qu’eux s’en vont avec des primes de licenciements supérieures aux revenus de siècles parfois concédés aux simples travailleurs.

En fait ce que défend la nouvelle Madone des injustices françaises, c’est une sorte de conception du droit divin du Patronat français – on n’est pas loin de Louis XIV – au nom duquel il y a des hommes qui ont tous les droits et d’autres qui ne sont que des pions sous-payés au nom de pseudo doctrines dites économiques qui ne sont qu’une retranscription moderne de la mentalité des anciens patrons du XIX ème siècle si ce n'est des rois de l'ancien régime.

En fait, Madame Molinié, la démocratie qui existe tant bien que mal au sein de peuple politique français est totalement absente de l’organigramme des entreprises qui veulent perpétuer, à leur façon, la monarchie de droit divin du passé.

Pourquoi l’ensemble des travailleurs qui concourent au profit de l’entreprise autant que les actionnaires qui ne sauraient rien faire de leur argent sans eux, n’a-t-il quasiment jamais "voix délibérative" lorsqu’il est question des grandes décisions tels que le partage des bénéfices ou les licenciements parfois nécessaires ?

Quand une plus juste économie, finira pas triompher, comme Marx l’a prédit, j'ose espérer qu’à une émission sur la valeur économique des hommes et des femmes, il n’y aura plus comme participants que de simples profiteurs de l'idéologie capitaliste mais aussi de vrais travailleurs qui transpirent jour après jour devant leurs machines et ne passent pas leur vie à voir comment garantir à une très petite minorité une vie dorée grâce à l’écrasement des plus faibles.

Un peu de modestie, Madame Agnès Verdier Molinié, un peu plus de respect de l’Etat qui reste le plus sûr garant du vrai bien public et surtout un brin de générosité qui, manifestement, ne vous trouble guère dans vos projets sociaux si doux pour les patrons du privé, si durs pour les fonctionnaires et les gens du public bien plus utiles que vous ne le pensez.

Nous n’avons pas besoin de vos idées, aussi vieillottes qu’injustes à l’image des privilèges de l’ancien régime, nous avons besoin de solidarité du bas jusqu’en haut de l’échelle sociale et j’espère qu’un jour nous pourrons écouter des émissions qui se préoccupent autant des travailleurs de base que de leur patron responsable du bien de tous.

. Il y a du pain… sur la planche !

La démocratie ne sera authentique que le jour où elle se vivra également au sein des entreprises.

Qu’en pensez-vous Madame Agnès Verdier Molinié ?

P.S. ce 15 mai 2016

Ce matin encore sur Europe 1, Agnès Verdier Molinié, avec cette mauvaise foi qui lui est coutumière, en affichant une multitude chaotique de chiffres, souvent invérifiables, s'évertue à refuser et à dénigrer tout résultat politique à la politique de François Hollande.

Dieu sait que je ne suis pas tendre à l'égard de cette politique mais cette pseudo économiste et réelle propagandiste aveugle du capitalisme le plus obtus ne mérite pas la place que Europe 1 ou plutôt ses propriétaires, dont on connaît les vrais intérêts, offre à une propagandiste des pires injustices sociales et pour ma part, j'ai honte que telle caricature d'une juste société, en d'autres lieux, semble se réclamer du Christianisme ?

Yvan Balchoy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article