Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

L’affluence mondaine de la droite, de la gauche au diner du CRIF, organisme hautement communautaire et souvent raciste est navrante.

Une auditrice ce matin citait Voltaire qui aurait dit « C’est en considérant ce que nous n'osons critiquer » que nous découvrons nos vraies affections.

Je ne sais si c’est effectivement du Voltaire mais je suis pleinement d'accord avec ce constat.

Ce qu'a affirmé, il y a peu, à Monsieur Dumas, un des meilleurs ministres du Président Mitterrand, n’était pas tout à fait juste. J’aurais préféré qu’il disent que le premier Ministre français était sous influence son pas israélienne mais sioniste.

Que Monsieur Vals épouse une musicienne israélienne à vrai dire ne pose aucun problème mais qu’il en déduise qu’il était désormais uni pour la vie à la cause israélienne, est une imbécilité, surtout dans la bouche d'un homme politique sérieux.

N’affirme-t-il pas ainsi, en sortant des limites de l'Hexagone, qu’il se sent pleinement solidaire d’un peuple qui occupe illégalement, après de nombreux massacres un autre peuple, qui pratique à son égard un apartheid aussi sévère que celui de l’Afrique du Sud, qui pratique un colonialisme aussi virulent que l’ensemble des pays occidentaux en Afrique et en Asie.

Quand le Président de la République suit moralement son premier Ministre en ne critiquant qu’une forme de terrorisme et en oubliant une cause aussi détestable qu’il couvre ainsi, je ne sais pour quelle raison cachée mais coupable.

Il a raison de condamner les crimes commis faussement au nom de l’Islam, il a tort de cacher, de minimiser les crimes commis en Palestine, qui frisent parfois le génocide physique et/ou culturel qui frappe des Palestiniens qui sont chez eux à Jérusalem est, en Cisjordanie et même dans ce territoire pseudo-indépendant qu’est Gaza, sorte de Guantanamo israélien.

A forcé de cacher la vérité il y a eu 17 morts en France dit un journaliste me semblant pro-sioniste d’Europe 1 qui se garde bien de ne pas continuer la comparaison avec les deux mille morts dont cinq enfants à Gaza assassinés dans le silence honteux des dirigeants occidentaux non par des juifs fidèles à leur Torah mais des sioniste israéliens qui sont au Judaïsme ce que les nazis étaient au peuple allemand, une trahison spirituelle.

Dans cette même émission, un auditeur a rappelé trop vite, malheureusement, la différence de traitement apporté à juste titre aux musulmans qui vont aider les terroriste du Daech et les autres salauds qui franco-israéliens ont accouru lors des massacres de Gaza pour aller « casser de l’arabe" (expression que j’ai un jour entendu dans un train en Belgique !) alors que ces personnes devraient elles aussi êtres privées de la nationalité française.

Non Monsieur Hollande, il est temps de condamner toutes formes de racisme qu’elle touche des sémites comme au temps du nazisme mais aujourd’hui encore, sous une forme infiniment moins importante, c’est vrai, des Palestiniens en Terre Sainte et je serais heureux qu’on abandonne le terme d’antisémitisme non par indulgence pour le génocide atroce des nazis contre les juifs mais pour ne pas oublier non plus aussi les Rom, les Handicapés…

L’antisémitisme qu’il soit anti-juif ou anti-palestinien est une forme grave de racisme, de même que toutes les autres formes de racisme présentes en Europe, Asie, en Afrique et même dans le Nord de l’Amérique.

Monsieur Hollande et Monsieur Vals au lieu de rejeter dans les faits tout au moins l’anathème sur une vraie forme de racisme condamnable, si vous célébriez plutôt à l’échelle de la planète, car il n’est plus possible de limiter dans le Mondialisme actuel, à un seul état fût-ce le sien, la fraternité nécessaire entre tous les peuples, toutes les cultures.

Ainsi la campagne Antiraciste nécessaire irait-elle de pair avec la lutte partout en France et dans le monde pour réaliser une vraie fraternité entre tous les hommes quelques soient les différences physiques, culturelles qui les séparent trop souvent encore.

Yvan Balchoy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article