Photo Daniel Mennerich / Flickr
Privatisation de la SNCB ? Un homme averti en vaut deux

Le PTB réagit à la proposition de privatiser la SNCB.

Le Ministre Johan Van Overtveldt a évoqué des plans pour privatiser des entreprises publiques, en particulier la SNCB. « Alors que les défis de mobilité et de climat n’ont jamais été aussi urgents, le gouvernement fédéral réfléchit à la plus mauvaise manière de les résoudre », réagit Michael Verbauwhede, spécialiste chemins de fer du PTB.

Pour le parti de gauche, privatiser pour faire baisser la dette n’est pas un argument. « Même après la privatisation des chemins de fer britanniques, le rail coûte chaque année des milliards de livres à la population britannique. L’État subsidie massivement les entreprises ferroviaires privées, mais l’argent ne fait que remplir les poches des actionnaires. Ce n’est donc pas un hasard si 60 % de la population britannique soutient une renationalisation du rail, continue Michael Verbauwhede. Quelle est la légitimité démocratique de cette proposition des partis de gouvernement ? Ce n’était dans aucun programme électoral ».

Dans les pays où les chemins de fer ont été privatisés, la qualité du service a aussi fortement chuté. « L’unique but d’une compagnie ferroviaire privée est de faire du profit. Du profit sur le dos des usagers, du profit sur le dos des travailleurs, du profit sur le dos du climat », dénonce Michael Verbauwhede.

« Les tarifs en Grande-Bretagne sont en moyenne trois fois plus élevés qu’en Belgique. La sécurité n’est pas garantie, au contraire : après des graves accidents ayant coûté la vie à des dizaines de passagers, la Grande-Bretagne a partiellement renationalisé les chemins de fer. D’après une enquête aux Pays-Bas, seuls 8 % des personnes interrogées estiment que la privatisation du rail a eu un effet positif sur la qualité, et seulement 10 % que cela a eu un effet positif sur l’offre de services. Et, last but not least, la privatisation du transport de marchandises par train dans tout l’Europe a provoqué une chute du volume de marchandises transportées par rail. Les trains ont été remplacés par des camions et des avions, ce qui est plus polluant », argumente le spécialiste chemins de fer du PTB.

« La privatisation amène un service détérioré, des prix plus élevés, et une diminution de l’offre. Au lieu de détruire le transport public, nous devons le développer. Nous avons besoin d’une SNCB du 21e siècle. Au lieu de réaliser des économies sur la SNCB, nous devons investir, pour élargir l’offre, et améliorer la qualité et la sécurité. Le développement d’un transport public performant et visant la satisfaction des usagers est essentiel dans la lutte contre le réchauffement climatique », conclut Michael Verbauwhede.

 

LE POINT DE VUE D'YVAN BALCHOY

Monsieur Van OVERTVELDT, ministre d'un parti que pour ma part je ne considère pas plus démocratique que le F.N. francais. Je ne vous considère pas comme mon ministre puisque vous rejetez mon pays la Belgique.

 

Vous voulez sa fin ou au mieux en faire un satellite d'une  Vlaanderen quasi indépendante. Merci beaucoup NON. 

"Baarst Belgie" est la devise de beaucoup d'entre vous, peut-être la votre. Vous n'êtes donc pas un ministre légitime Belge mais membre d'un parti incivique comme ses ancètres qui embrassaient les nazis et allaient tuer les soviétiques, nos frères dans le combat pour la liberté.

Les chemins de fer sont un bien national appartenant à la Belgique et  le seul conseil que je peux vous vous donner c'est "SHUT UP".

D'avance au nom de toutes les victime à venir  de la privatisation (regarder ce qui s'est passé en Grande Bretagne) je vous répète ce nom qui a la couleur du sang humain qui ne vaut pas grand chose quand on l'oppose au gris du fric que rapporterait à une petite minorité de privilégiés votre privatisation.

Bien entendu il ne m'étonnerait guère que le MR et le VLD en bons fils du capitalisme ne soient un jour votre allié dans cette entreprise de déshumanisaion de notre pays. J'espère que très nombreux au Nord, comme au Centre et au Sud du pays qui se dresseront contre votre mauvais projet qui n'enrichirait queégoïstes qui trouvent normal que certains gagnent cent fois plus que d'autres en travaillant cent fois moins.

Yvan Balchoy