Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

RAOUL HEDEBOUW

RAOUL HEDEBOUW

Thierry Despretz a partagé une publication dans le groupe Les amis du PTB ATH.
19 h
 
 
Raoul Hedebouw

D'inacceptables propos ont été tenus contre le PTB ce midi sur "Ce n'est pas tous les jours dimanche" (RTL). Il est insupportable d'entendre des accusations selon lesquelles le PTB agirait par la peur et des menaces aussi grossières que "on connaît des Polonais qui peuvent vous faire du mal", comme l'a affirmé un journaliste sur le plateau de RTL. De tels propos sont de la pure diffamation. Ils n'auraient jamais été autorisés par une rédaction pour un parti traditionnel.
Par ailleurs, oser prétendre qu'au PTB, les membres sont "considérés comme des pions" est sans fondements. Le PTB, c'est aujourd'hui un parti de 18 000 membres. Leur engagement et leur implication sont le coeur de notre parti. Ils oeuvrent quotidiennement à rendre la société meilleure, plus solidaire et plus chaleureuse. Leur engagement est bénévole et désintéressé. Un tel engagement ne peut se réaliser que dans un parti qui met tout en haut de son fonctionnement la démocratie et le fait de tenir compte des avis de tous.
Une autre accusation gratuite est de prétendre que le PTB demande des avertissement-extrait de rôle à ses membres. C'est à nouveau complètement faux. Par contre, il n'est clairement pas possible de monter dans le PTB pour s'enrichir. Le PTB est le seul parti où les cadres et les élus continuent à vivre avec un salaire moyen de travailleur, pas avec le salaire de 6 000 à 11 000 euros par mois de la plupart des politiciens. C'est pour nous une règle d'or. Une manière de toujours rester connecter aux préoccupations du peuple.
Une autre accusation gratuite selon laquelle le PTB interdirait à ses élus d'avoir des contacts avec des membres d'autres partis a été tenue. C'est à nouveau grossier et sans fondements. Des centaines de conseillers communaux et des députés d'autres partis peuvent témoigner du ton cordial utilisé dans les discussions avec eux. La critique ferme d'otions politiques différentes n'empêchent pas d'être cordial dans les échanges.
De toute évidence, on tente de noircir par tous les moyens le parti qui dérange. Apporter une voix dissonante à la fanfare libérale qui domine tous les partis gêne manifestement.
Nous continuerons pour notre part à être ce parti de gauche authentique, qui a des principes et qui reste fidèle aux idéaux sociaux qui sont les nôtres.

 

 
 
Raoul Hedebouw

D'inacceptables propos ont été tenus contre le PTB ce midi sur "Ce n'est pas tous les jours dimanche" (RTL). Il est insupportable d'entendre des accusations selon lesquelles le PTB agirait par la peur et des menaces aussi grossières que "on connaît des Polonais qui peuvent vous faire du mal", comme l'a affirmé un journaliste sur le plateau de RTL. De tels propos sont de la pure diffamation. Ils n'auraient jamais été autorisés par une rédaction pour un parti traditionnel.
Par ailleurs, oser prétendre qu'au PTB, les membres sont "considérés comme des pions" est sans fondements. Le PTB, c'est aujourd'hui un parti de 18 000 membres. Leur engagement et leur implication sont le coeur de notre parti. Ils oeuvrent quotidiennement à rendre la société meilleure, plus solidaire et plus chaleureuse. Leur engagement est bénévole et désintéressé. Un tel engagement ne peut se réaliser que dans un parti qui met tout en haut de son fonctionnement la démocratie et le fait de tenir compte des avis de tous.
Une autre accusation gratuite est de prétendre que le PTB demande des avertissement-extrait de rôle à ses membres. C'est à nouveau complètement faux. Par contre, il n'est clairement pas possible de monter dans le PTB pour s'enrichir. Le PTB est le seul parti où les cadres et les élus continuent à vivre avec un salaire moyen de travailleur, pas avec le salaire de 6 000 à 11 000 euros par mois de la plupart des politiciens. C'est pour nous une règle d'or. Une manière de toujours rester connecter aux préoccupations du peuple.
Une autre accusation gratuite selon laquelle le PTB interdirait à ses élus d'avoir des contacts avec des membres d'autres partis a été tenue. C'est à nouveau grossier et sans fondements. Des centaines de conseillers communaux et des députés d'autres partis peuvent témoigner du ton cordial utilisé dans les discussions avec eux. La critique ferme d'otions politiques différentes n'empêchent pas d'être cordial dans les échanges.
De toute évidence, on tente de noircir par tous les moyens le parti qui dérange. Apporter une voix dissonante à la fanfare libérale qui domine tous les partis gêne manifestement.
Nous continuerons pour notre part à être ce parti de gauche authentique, qui a des principes et qui reste fidèle aux idéaux sociaux des plus faibles malmenés  dans notre société  capitaliste libérale.

 

 

NOTE D'YVAN BALCHOY

 

NOTE D'YVAN BALCHOY

C'est vrai que depuis des années, j'évite d'écouter les journaux parlés et émissions politiques de RTL tant elles reflètent l'opinion des partis les plus réactionnaires, les plus gangrenés par un fric qui ne sent pas toujours très bon.

Personnellement, j'ai un avantage sur tous ces détracteurs qui dissertent sur un sujet qu'ils ne connaissent mal mais qui menace leur sécurité idéologique.

Plus de dis ans en tout je crois, d'une façon pas toujours très régulière, j'ai collaboré d'abord à ce qui fur le presse quotidienne du PTB à Bruxelles puis à la Bibliothèque de ce même parti.

J'avais plusieurs expériences privée, dans le domaine du religieux puis pendant plus de trente ans dans une entreprise de vente par correspondance du Nord de la France. 

Je ne veux pas calomnier ces deux expériences, très différentes, ayant chacun leur positif et négatif mais s'il me faut comparer la gestion des personnes dans l'Eglise ou dans une société insérée dans le capitalisme à  ce que j'ai vécu au sein du ¨PTB, il n'y a pas photo.

Au PTB, contrairement à ce que prétendent des menteurs ou des aigris les collaborateurs ne sont pas du tout traités comme des pions mais avec respect. Que de fois, ma responsable ne m'a dit :" Jean Pierre, tu me sembles fatigué, va prendre un café ou parfois "rentre chez toi".

Bien sûr, je restais dans le cadre du bénévolat, ce qui était, je pense, au début des années 2000, le cas de pas mal de collaborateurs qui mettaient leur énergie au service d'une cause qu'ils croyaient juste et qui effectivement l'était et l'est toujours.

On ne m'a jamais demandé mon niveau d'imposition mais bien sûr, si j'étais venu avec les états de service du banquier Macron, je n'aurais pas été accepté sans prouver une rupture totale dans ma vie en faveur des droits des travailleurs.

C'est vrai aussi que pour accéder à la direction du mouvement, on demandait à chacun  de démontrer plus par sa manière de vivre, qu'il vivait avec les travailleurs et non en les exploitant.

Je sais que beaucoup pensent que ce n'est pas vrai mais les élus du PTB, qui reçoivent de l'Etat  bien sûr, l'équivalent du montant des autres partis, ne touchent pour eux personnellement que l'équivalent des revenus d'un ouvrier qualifié avec quelque menu-supplément lié à leur situation de famille.

Conclusion: ni sur RTL ni d'ailleurs sur la RTBF, noyautés par les lobbies financiers, vous ne pourrez découvrir le vrai du vrai du parti des travailleurs.

Lisez SOLIDAIRE ou tellement mieux, venez écouter  le PTB à chacune de ses réunions publiques, ou mieux encore engagez-vous à servir, à travers ce seul parti vraiment national et non nationaliste des travailleurs et, comme moi, vous comprendrez pourquoi le PTB n'est pas un parti ordinaire où les élus s'enrichissent  par rapport à la plupart des citoyens, mais où la vie du parti ne fait qu'un avec le service du monde des travailleurs.

 

Yvan Balchoy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article