MEDECINS DU PEUPLE

Kris Merckx fondateur de la Médecin le pour le peuple

 

 

 

Hier soir devant la télé

je suis resté éveillé

jusque bien tard

sans en avoir marre

ce qui est bien rare.

Face au présentateur

soucieux de laisser s'exprimer

en toute liberté

chacun de ses interlocuteurs

de pauvres gens

incapables de se soigner

dans une société

où les indigents

sont moins que néant.

Face à eux quelques médecins

sans préjugé ni frontières

ayant l'air

d'être aussi marginaux

parmi leur pairs

que leurs patients

qui, atteint de misèrite aigue

toute honte bue,

détaillent leurs maux

avec les mots tout simples

de ceux qui ne savent guère feindre.

Malades et médecins

pour une fois la main dans la main

ont détaillé longuement

le mécanisme infamant

qui peu à peu transforme l'Inami

en organisme de protection des nantis.

Tant pis pour le sans emploi

qui perdant son sang froid

incapable de payer ses dettes

tombe peu à peu dans la disette

perd ses biens

puis les siens

et se retouve un jour clochard

dans le hall d'une gare.

Si malade, il a besoin

de grands soins,

il aura bien de la peine

à se faire admettre aux urgences

comme s'il était une gène

pour les autres patients.

Ce pauvre homme

ne pourra rester que le strict minimum

comme si, coupable du "crime"de misère

il n'avait droit qu'au traitement le moins cher.

Aussi souvent il n'a pour se soigner

que le bus quelque peu délabré

des Médecins populaires

heureusement sans oeillères

qui soignent toute souffrance

sans s'inquiéter de sa provenance

ni du compte financier

du malade à soigner.

En ne considérant pas les gens sur leur mine

en un temps où beaucoup de disciples d'Esculape

oublient leur serment d'Hippocrate

ils font sans conteste l'honneur de la médecine.