Catégories

Publié par YVAN BALCHOY

Hommage

Shulamit Aloni : "Oui, il y a un apartheid en Israël"

Lundi 27 janvier 2014 par Shulamit Aloni

Comment mieux rendre hommage à Shulamit Aloni, qui vient de nous quitter à 86 ans, qu’en republiant cet article écrit fin 2009 ? On y retrouve toute la colère et le chagrin de la femme de gauche, militante des droits de l’homme et  « colombe » qu’elle fut toute sa vie face à ce que l’Etat juif commet  dans les territoires occupé

 

 L’autosatisfaction juive est tellement répandue parmi nous que nous ne parvenons pas à voir ce qu’il y a juste sous notre nez. Il nous semble inconcevable que nous, les victimes ultimes, les Juifs, puissions nous livrer à de mauvaises actions.

Pourtant, l’Etat d’Israël pratique son propre apartheid, extrêmement violent, à l’égard de la population palestinienne. Son armée a fait de chaque village et de chaque ville palestiniens un camp de détention emmuré, ou interdit.

Israël impose même un couvre-feu total toutes les fois que les colons, qui ont illégalement usurpé la terre des Palestiniens, célèbrent leurs fêtes ou paradent. Et les généraux qui commandent la région émettent fréquemment des ordres supplémentaires, règles, instructions et décrets

Ils viennent encore de réquisitionner d’autres terres afin de construire des routes « pour Juifs seulement ». Routes merveilleuses, routes spacieuses, routes bien pavées, brillamment éclairées la nuit, tout cela sur une terre volée.

Quant un Palestinien conduit sur une telle route, son véhicule lui est confisqué et il est renvoyé sur son chemin à lui. Un jour, j’ai été témoin d’une telle rencontre entre un conducteur et un soldat qui notait des renseignements avant de confisquer le véhicule.

« Pourquoi ? » ai-je demandé au soldat. « C’est un ordre. Cette route n’est destinée qu’aux Juifs », a-t-il répondu. J’ai voulu savoir où était le panneau l’indiquant. Sa réponse fut pour le moins étonnante :

« C’est de sa responsabilité de le savoir, en outre, que voulez-vous que nous fassions, mettre un panneau ici et laisser un reporter ou un journaliste antisémite prendre une photo pour qu’il puisse montrer au monde entier que l’apartheid existe ici ? ».

Evidemment il n’y a pas d’apartheid ici. Et notre armée est « l’armée la plus morale du monde» comme nos commandants nous l'affirment.

Il suffit de dire que chaque ville et chaque village sont transformés en centres de détention et que chaque entrée, chaque sortie ont été fermées, les coupant des voies à grande circulation.

Au cas où il ne suffirait pas que les Palestiniens n’aient pas l’autorisation de circuler sur des routes « pour Juifs seulement », sur leur terre, le commandement militaire a conçu  un plan "ingénieux ».

« L’armée la plus morale du monde » ?

Le général Naveh, renommé pour son patriotisme exemplaire, a émis un nouvel ordre qui établit que les Israéliens n’ont pas le droit de transporter des Palestiniens dans leurs voitures à moins d’avoir reçu une permission explicite pour le faire.

Evidemment rien de tout cela ne s’applique à ceux dont le travail bénéficie aux colons. Eux et leurs employeurs recevront naturellement le permis requis pour pouvoir continuer à servir les seigneurs de la terre, les colons.

Est-ce que les Juifs des Etats-Unis qui ont lancé une bruyante et injurieuse campagne contre l’ancien président Carter, supposé avoir diffamé la nature démocratique et humaniste d’Israël, ne connaîtraient pas la Convention Internationale contre le crime d’apartheid du 30 novembre 1973 ?

L’apartheid y est défini comme un crime international, qui inclut, entre autres, de séparer différents groupes « raciaux », privant ainsi les gens de leurs droits humains. Est-ce que la liberté de circulation n’est pas l’un de ces droits ?

Dans le passé, les chefs de la communauté juive des Etats-Unis ont été très sensibles au respect de ces conventions. Pourtant, pour de mystérieuses raisons, ils semblent convaincus qu’Israël a, lui, le droit d’y contrevenir.

Qu’il lui est permis de voler leurs terres aux gens, de détruire leurs moissons, et de les encager comme des animaux (…) Et qu’il peut tuer des femmes et des enfants, des personnes âgées, délibérément ou non, sans en assumer la responsabilité.

Le problème de ces dirigeants, c’est que leur amour d’Israël déforme leur jugement et les empêche de voir ce qu’il y a en face d’eux : une puissance occupante qui, depuis 40 ans, oppresse un peuple qui a droit à une vie indépendante tout en vivant en paix avec nous.

Nous ne nous bornons pas à nier aux Palestiniens leurs droits de l’homme. Nous ne faisons pas que leur voler leur liberté, leur terre et leur eau. Nous appliquons des punitions collectives à des millions de gens comme lorsque, par vengeance, nous privons d’électricité plus d’un million et demi de civils (…)  

Mais il n’y a pas de faute morale dans nos actions. Il n’y a pas de séparation raciale. Il n’y a pas d’apartheid. Ce sont des inventions des ennemis d’Israël. Hourra pour nos frères et sœurs des Etats-Unis ! Votre dévotion est très appréciée.

Vous nous avez lavés d’une vilaine tache. Grâce à vous, nous pouvons continuer à nous sentir à l’aise, tandis qu’engoncés dans nos certitudes, nous opprimons le peuple palestinien, avec l’aide de « l’armée la plus morale du monde »

*http://www.counterpunch.org/2007/01/08/yes-there-is-apartheid-in-israel/

(Traduction de la Rédaction)

 

Commenter cet article